•  

    Cette fiction parle de mes dolls, mais aussi de celles de : violette-kokeshi !

     

    Bonne lecture ! ;D

     

    J’avais pris mon sac dans le coffre de la voiture et m’étais dirigé vers notre nouvelle « maison ». Je n’avais absolument aucune envie d’y entrer ni même d’y habiter. Lou, qui tout au contraire de moi, était limite dans un état de folie, sautillait tout autours de la belle Ferrari de Shiro. Je soupirais et m ‘asseyait sur le muret.

    - Tu pourrais nous aider. Avait lancé Shiro en ma direction.

    - J’ai pris mon sac.

    Il avait soupiré après cette réaction qu’il avait sûrement jugée égoïste de ma part. C’était eux qui l’étaient. Cette villa, j’avais dit depuis le début que je ne voulais pas y habiter.

    Emiko arriva en moto, elle enleva son casque noir et passa sa main dans ses cheveux blancs puis se mis à me regarder.

    •  Noah va les aider.
    •  Oui Emiko.

    Je me suis relevé en soupirant, puis me suis résigné à porter le sac de Shiro. J’avais un peu pitié de lui, vu qu’il portait les bagages à Lou. Il devait au moins porter 10 sacs différents.

    •  Mais sérieux Lou t’as pris combien d’affaires ?! Le déménageur arrive dans une semaine ! Avec ça tu peux tenir trois mois au moins ! Avait-il grogné.
    •  Mais… C’est le stricte nécessaire pourtant ! Et puis j’ai trois grandes fêtes et 1 gala cette semaine… Excuse moi Shiro ! Avait-elle répondu en essayant de l’aider.
    •  Nan fais gaffe tu vas te casser un ongle ! Avait-il ironisé. 

    Lou croisa les bras et partit bouder sur le muret. C’est vrai qu’elle avait tout d’une star, mais contrairement aux apparences, elle n’avait pas le caractère, mais Shiro aimait quand même la charrier là dessus, d’ailleurs il se mis à rire en voyant sa réaction, pas elle. D’ailleurs, voyant qu’il l’avait vexée, s’arrêta de rire et s’excusa. Je montais les marches lentement, avec aucun enthousiasme et en suivant Emiko qui portait les sacs les plus lourds. Son débardeur laissait apparaitre ses tatouages, elle avait des roses rouges sang sur l’avant bras droit, des étoiles sur l’avant bras gauche, et une lune sur l’épaule gauche. Je n’ai aucune idée de leur signification, mais il n’y en a sûrement pas. Lou nous dépassa en courant et sonna, elle était joyeuse, jusqu’au moment où un gars ouvrit la porte, elle se raidit et se cacha derrière Shiro qui nous avait aussi doublé. Lui n’était pas gêné, mais complètement dégouté de voir un homme ouvrir la porte. Bah ouais, il voulait garder les filles pour lui, alors qu’il a une copine. Je crois bien que c’est la chose qui m’énerve le plus chez lui. M’enfin, tout le monde salua ce parfait inconnu, sauf moi (qui n’en avait aucune envie et qui lui adressai un regard des plus méprisable) et Kymie, qui dormait encore dans la voiture.

    -Tu pourrais dire bonjour Noah. M’avait dit Emiko.

    •  Pardon maman. Bonjour. (D’un ton sec et pas du tout amical)

    J’avais sourit à Emiko et avait fait un regard noir au débile qui attendait sur le pas de la porte. J’avais aussi fait exprès de l’appeler « maman » (alors que je déteste ça), parce que je ne voulais surtout pas que ce cher monsieur devienne mon beau-père. Il avait peut-être déjà une copine, ou même une femme, mais je préférais, au cas où, le décourager directement en lui faisant bien comprendre que je ne l’aimais pas et que je serais un très grand obstacle s’il voulait draguer ma « mère ». Shiro et Lou me regardèrent fixement puis regardèrent Emiko qui soupirait. L’inconnu n’eut pas de réaction spéciale, mais je sentais dans son attitude qu’il avait compris le message, au moins, il l’aurait compris. Il nous fit entrer, et Shiro repartit chercher Kymie, en faisant attention de ne pas la réveiller.

    Les présentations se sont ensuite faites.

    Dans le salons, 3 autres personnes attendaient elles aussi notre arrivée, de façon plus ou moins joyeuse.

    Nous allions donc cohabiter à neuf dans cette villa immense, qui pouvait en abriter beaucoup plus.     

    Dit comme ça, on pourrait se croire dans une télé réalité. 

    Nous étions donc tous assis, soit sur canapés, soit sur fauteuils, soit par terre.

    Lou, qui avait perdu sa timidité, fit les présentations pour nous.

    -Alors nous sommes donc 5 : Il y a Shiro, le grand ici ! Elle désigna Shiro de l’index.

    Celui-ci, en tant que bon dragueur, charmeur et égocentrique, passa sa main dans ses cheveux bruns et fit un clin d’oeil aux filles. 

    -Yo ! A-t-il ajouté.

    Puis Lou continua :

    -Ensuite il y a Emiko, puis Kymie et Noah, les enfants qu’elle a adoptés. Elle nous montra du doigt en souriant.

     

    Eux étaient 4 : Le grand inconnu qui avait ouvert la porte s’appelait Miru, son demi-frère, Mikio, se tenait assis sur un des fauteuils, et n’avait pas vraiment l’air de se réjouir de notre venue. Une femme, Yoko, dans le même style que Lou et ayant sûrement le même âge, était toute aussi heureuse qu’elle de nous accueillir. Quand à la dernière, Yoki, elle était cachée derrière le canapé et nous adressa uniquement un petit « bonjour » timidement. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique